Τετάρτη, 22 Μαΐου 2013

Conférence Ouvrière Européenne à Athènes le 9 et 10 Juin

Conférence Ouvrière Européenne à Athènes le 9 et 10 Juin
POUR UNE SORTIE ALTERNATIVE, OUVRIÈRE ET INTERNATIONALISTE, DE LA CRISE CAPITALISTE

Annonce du Politburo de l’E.E.K. (Parti Révolutionnaire des Travailleurs)
À bas l'austérité impérialiste de l'Union Européenne, le chômage, le racisme et le cannibalisme social!
À bas les gouvernements capitalistes de Merkel, Letta, Samaras et Rajoy!
Tout le pouvoir aux travailleurs! Nous nous battons pour des gouvernements ouvriers et les États-Unis Socialistes d'Europe!

L'Europe est au cœur du cercle vicieux de la récession et de la crise de la dette mondiale, qui a éclaté il ya cinq ans, et a inondé le continent avec plus de 50 millions de chômeurs et sous-employés.

Les années qui se sont écoulées depuis le début de la crise, après l'effondrement de Lehman Brothers, rien n'a résulté des politiques et actions de la classe dirigeante européenne. Chaque «réponse» des gouvernements capitalistes de l'UE à la crise, apporte une plus grande destruction des forces productives, la répression, la crise politique et mouvements laïcs réactifs aux programmes d'austérité sauvages qui détruisent les restes de l'État-providence d'après-guerre. Les décisions du sommet de l'UE formulée par les groupes dominants de la -décousue- classe dirigeante européenne et en particulier la chancelière allemande, ont donné naissance à une nouvelle institution de la politique économique, la fameuse «troïka». C’est la troïka qui a entrepris au nom du capital européen, la gouvernance dans la plupart des pays de la région européenne, en imposant des mémorandums dévastateurs, avec la première victime les travailleurs et la petite bourgeoisie en Grèce. Le programme destructif imposé à Chypre, l'impasse de la crise de la dette et de la récession a provoqué une nouvelle crevasse à la structure et les pierres angulaires à travers lesquelles l'intégration européenne capitaliste se tente, en multipliant le volume des forces dissolvantes et centrifuges de la zone euro.

L'incapacité, politique et économique, des gouvernements capitalistes, ont contraint les Banques Centrales, ainsi que l'Européenne, dans une politique de «l'inflation monétaire» sans précédent et sans effet. Au lieu de cela, il a commencé à se rétablir en évidence la menace immédiate d’un nouveau «crash» sur les marchés boursiers internationaux, qui sont actuellement cachés derrière une euphorie temporaire du marché. Plus de vingt ans après la chute de l'URSS, le projet stratégique de la bourgeoisie européenne à «récupérer» économiquement et politiquement la région, en utilisant comme «outil» la nouvelle monnaie unique européenne, a été irrévocablement compromis.

La crise systémique globale du capitalisme en déclin historique, a sapé même les objectifs initiaux de la classe dirigeante européenne durant la restauration capitaliste. Il est maintenant clair qu'elle a ouvert une période transitoire de grands bouleversements sociaux et l'émergence de situations prérévolutionnaires et révolutionnaires où la question du pouvoir a été objectivement soulevée au niveau national et international.
La crise a documenté dans les termes les plus indiscutables que l'Union Européenne, l'outil de l'impérialisme européen et les grandes entreprises, ne peuvent pas être « reformée» ou convertie dans une «Europe sociale» pour le bénéfice des travailleurs et des peuples. Ella doit être détruite avant que nous enterrons sous ses ruines. 

Mais sortir de la prison de l'UE et de la zone euro, ne veut pas dire que nous devons revenir au carcan de l’État capitaliste national failli, mais à se battre pour la perspective internationaliste alternative: la lutte commune de tous les travailleurs européens et des opprimés pour l'unification socialiste du continent, les États-Unis Socialistes d’Europe, y compris la Russie. Les millions de travailleurs européens et des opprimés ne peuvent pas tolérer cette catastrophe sociale que la survie de la souveraineté de la capitale européenne porte avec elle en Europe.

L'austérité sans précédent, l'exploitation, la dissolution des résidus de l'État-providence d'après-guerre, des secteurs de la santé et de l'éducation, détruisent tout espoir de la jeunesse européenne pour un avenir meilleur et les condamnent au chômage. La répression de l'État s'intensifie; la violence raciste contre les immigrés et les minorités à dépassé tous les records précédents. Les bandes fascistes se multiplient: les «détachements spéciaux» du parti nazi «Aube Dorée» en Grèce agissant sous protection de l'État et en s'appuyant sur le financement d'une partie de l'industrie du transport maritime, est un avertissement pour toute l'Europe, qui exploite la désespérance sociale produite par la désintégration sociale.

Tous les événements et développements politiques en Europe, notamment dans le sud de l'Europe, confirment d'une part une crise très profonde qui est devenue crise du pouvoir politique et enregistre, de l’autre part, une polarisation sans précédent entre les masses avec l'émergence d'un virage à gauche (parlementaire et extra-parlementaire) dans la mobilisation des masses.

L'auto-organisation des masses et leur mobilisation à la base un programme de revendications transitoires et la perspective de pouvoir pour l'expropriation du capital de la part de la classe ouvrière, pour la réorganisation de l'économie sur la base des besoins sociaux, peuvent et doivent donner une solution à la crise capitaliste et à la catastrophe. Un Front Uni actif des masses exploitées, des opprimés et leurs organisations, est absolument nécessaire. Le rôle actif d’une organisation politique combattante de l'avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière dans ce processus est vital et sa construction ne peut plus être retardée.

Dans ce contexte, le Comité de Coordination pour la Refondation de la Quatrième Internationale (CRQI) invite tous les travailleurs, les organisations populaires et les collectifs qui luttent des luttes sociales, comme aussi les forces de la gauche révolutionnaire, à participer à la Conférence Internationale organisée à Athènes le 9 et 10 Juin, par le Parti Révolutionnaire des Travailleurs (E.E.K.). Le thème principal de la conférence est la crise en Europe et le débat sur la prise d'un Programme d'Action Directe contre une catastrophe sociale. Un programme au-delà des limites des mécanismes bureaucratiques qui bloquent la mobilisation guerrière des masses travailleuses et opprimées.

Les principaux piliers de l'action envisagée sont:
  1. Annulation de toutes les dettes envers les prêteurs internationaux et l'expropriation des banques sous le contrôle des travailleurs.
  2. Annulation de tous les programmes d’«austérité» et le cannibalisme social, imposé par l'UE, la BCE, le FMI et les gouvernements capitalistes. Restauration des salaires, des pensions et des droits de l'emploi des travailleurs en fonction des besoins sociaux réels.
  3. Lutte contre les licenciements et le chômage: répartition des heures de travail pour tous les employés. Infrastructure publique pour créer de nouveaux emplois. Saisie de toutes les usines qui ferment leurs portes ou licencient les travailleurs en masse. Expropriation de la grande industrie et des secteurs stratégiques de l'économie, sans compensation, sous contrôle et gestion ouvrière.
  4. Lutte contre le fascisme, le racisme et la discrimination contre les minorités! Auto-organisation des réseaux de solidarité sociale!
  5. Groupes de défense ouvriers contre les bandes fascistes et la répression. Dissolution de l'appareil d'état civil de la répression, de l'OTAN et de toutes les bases et alliances militaires impérialistes.

À bas avec tous les gouvernements capitalistes! Gouvernements pour les travailleurs et pouvoir ouvrier!
À bas avec les impérialistes de l'UE! Pour les États-Unis Socialistes d'Europe!

Athènes, 16/05/2013

Prenez part à la Protestation internationale le Samedi, 8 Juin à Athènes